EN | FR

Krief

PROCHAINS SPECTACLES

05/12/2017        L'Esco Bar | Montréal, QC

 

 

L'auteur-compositeur-interprète et multi-instrumentiste montréalais Patrick Krief marque un pas important dans sa carrière avec son quatrième album solo, Automanic. Une œuvre épique dans tous les sens du terme.

Cet album, certainement le plus ambitieux de sa carrière, a aussi été le plus douloureux à concevoir. Pris dans un tourbillon de bouleversements dans sa vie personnelle, notamment à la suite d'une série décès de proches et d'une rupture amoureuse, Krief a extériorisé ses tourments et son désespoir dans l'écriture. En résulte un album sombre et mélancolique, en phase avec cette période lourde à porter, dont il en est heureusement sorti plus fort, mais marqué à jamais.

Ces émotions vives se font sentir tout au long des 20 chansons formant Automanic Red et Automanic Blue, album double qui fait fi des conventions actuelles. «Les deux disques sont autonomes dans leur approche musicale et peuvent s'écouter un à la fois. Et pourtant, il aurait été insensé de sortir l'un sans l'autre. C'est comme s'il existait une ligne invisible qui les reliait pour les rendre indissociables», évoque Krief.

Celui qui a passé une grande partie de la dernière décennie à composer, écrire, enregistrer et tourner au sein du groupe pop orchestral The Dears, compare les deux disques comme deux moments différents dans une même semaine : «Automanic Red possède la témérité et la fougue du jeudi soir, comme un coup d'envoi du week-end, avec des chansons plus rudes telles «All Is Lost», «Darkometro» et «Mississippi». Celles-ci sont alimentées par la colère, l'angoisse et l'ego. À l'inverse, Automanic Blue se rapproche du dimanche matin. «Deo Gratias», «The Myan» et «Yearning» renferment une réflexion sobre et réaliste, nécessaire pour accepter la mortalité», explique-t-il.

Ce qui relie profondément les deux versants de Automanic est sans contredit la plume de Krief, sa poésie personnelle et imagée possédant une portée universelle. Et il y aussi ce son particulier, impossible à étiqueter par ses nombreuses nuances de pop contemporaine, de rock, d'inclinaisons shoegaze rêveuses et de ballades aux grandeurs de rock aréna capables de donner des frissons.

Pour aboutir à cette œuvre où force et introspection se côtoient ainsi, Krief a presque tout pris en mains lui-même. Il assure les guitares, la batterie, les percussions, le piano, les claviers et la réalisation. Le tout a pris naissance entre le Studio Mixart à Montréal et le Studio Bottega, situé dans une ferme d'alpagas à Kelowna en Colombie-Britannique, tandis que la post-production s'est déroulée à New-York et à Toronto, où Phil Demetro (Kevin Drew, Hey Rosetta) s'est chargé de la masterisation.

Cela dit, Krief n'a pas hésité à faire appel à des sommités de l'industrie afin d'apporter un tonus supplémentaire à Automanic. Pensons à l'ingénieur de son David Schiffman (Red Hot Chili Peppers, Tom Petty, Johnny Cash, Nine Inch Nails), qui a assisté aux sessions montréalaises. Il y a aussi les voix de Maia Davies et de Sam Roberts, les cuivres du Uptown Hornz de Kelowna, le violon de Kate Maloney, le violoncelle de Justin Wright ainsi que le multi-instrumentiste et collaborateur de longue Roberto Piccioni, qui a également mis sa touche à la réalisation.

Documenter en mots et en musique une période trouble de sa vie n'est pas unique en soi. Mais Automanic se veut davantage qu'une simple page de journal intime. Il s'agit d'un véritable opus créé par un artiste poussé au bord du gouffre, plus inspiré que jamais.

 
 
 
 
 
 

information / CONTACT

Management

Grant Paley - Paquin Artists Agency

grant@paquinartistsagency.com

Booking

Pomeline Delgado

pomeline@indiemontreal.ca

Label / Culvert Music

Albert Zgarka

albert@culvertmusic.com.

Gérance

Johanne Setterington

joanne@indoorreces.com

Relations de presse (Québec) / Mauvaise influence

Philippe Renault

philippe@mauvaiseinfluence.net

Relations de presse (Canada) / Indoor Recess

Ola Mazzuca

ola@indoorecess.com